Étiquettes

, , , , , , , ,

alain-mabanckouLe monde est mon langage, d’Alain Mabanckou, 2016, Grasset, 314 pages, 19€.

Alain Mabanckou nous livre ses rencontres avec des écrivains des quatre coins du monde. De Jean-Marie Le Clézio à Douglas Kennedy, en passant par Dany Laferrière, Sony Labou Tansi, jusqu’à Edouard Glissant ou encore Gary Victor, Bessora ou Jocelyn le Bachelor, l’homme de la Sape de Château-Rouge. Alain Mabanckou révèle quelques rencontres avec des inconnus également. Dans tous les cas, elles sont intéressantes et révèlent quelque chose de l’usage de la langue à travers les pays. Quelle langue parle-t-on ? Quelle langue choisit-on d’apprendre ? De parler ? Quelle langue sera celle de l’écriture ? En quelle langue lit-on ? Quel lien entre toutes ces langues ?

Le monde est mon langage est un livre passionnant, qui nous parle du travail de l’écrivain, de sa vision de l’écriture et de la langue qu’il choisit pour écrire. La langue est vraiment le fil conducteur de ce livre chapitré en fonction des pays. On rencontre Douglas Kennedy à Marrakech ou Dany Lafferière à Montréal. Alain Mabanckou nous raconte que lorsque son père se mettait en colère il s’exprimait en français, ou que Douglas Kennedy refuse de parler anglais dans un pays francophone. Toutes ces anecdotes révèlent quelque chose de notre rapport à notre langue natale et à toutes ces langues que l’on apprend au fur et à mesure du temps. 

Alain Mabanckou fut au Collège de France cette année. Vous pouvez toujours revoir ses cours

Site officiel d’Alain Mabanckou  

Publicités