« Retourner à la mer » de Raphaël Haroche

Étiquettes

, , , ,


Retourner à la mer, recueil de nouvelles de Raphaël Haroche, Gallimard, février 2017, 166 pages, 17€50.

Un petit air des Contes de la folie ordinaire de Bukowski. Raphaël Haroche, l’auteur de « Caravane », « Je sais que la terre est plate », « Et dans 150 ans, « Chanson pour Patrick Dewaere » vient d’écrire son premier recueil de nouvelles. Des bacs des disquaires, il se retrouve sur les tables des librairies. Avec élégance et tout en subtilité, il nous raconte la vie des gens. Des gens cassés, une population en marge. Des dialogues authentiques, où les fioritures n’existent pas, où la vérité circule, où le langage claque.

Raphaël Haroche met en lumière les invisibles, ces gens qu’on ne voit pas. Il nous transmet les émotions de ses personnages, nous fait entrer dans un univers en quelques pages. Il maîtrise l’art de la nouvelle, et ce n’est pas donné à tout le monde. Le plaisir d’en lire est toujours au rendez-vous, les éditeurs en publient trop peu. Il faut que sur la couverture un nom tel que Raphaël Haroche les défendent ces nouvelles, sinon on estime que ça ne va pas se vendre, on n’y croit pas. Et pourtant, tous ces gens qui me disent aimer en lire… Ils existent, vont bel et bien en librairie. Mais n’en trouvent pas, ou si peu.

En tout cas, Gallimard a pris ce risque avec Retourner à la mer, et c’est réussi. Raphaël Haroche est un écrivain. Il le prouve aujourd’hui. J’attends avec impatience ces prochains livres.

Site des Editions Gallimard

10 bonnes raisons de lire « Le Petit Simonin illustré » d’Albert Simonin 

Étiquettes

, , , , , , , ,

Le Petit Simon illustré d’Albert Simonin, avec une préface de Jean Cocteau, Les Productions de Paris, 1977.

1. Ce Littré de l’argot est une véritable mine d’or pour tous les amoureux de la langue. Vous trouverez l’essentiel des mots d’argot. Le lire aujourd’hui, nous fait prendre conscience de l’évolution de la langue, des mœurs, de la société. On s’aperçoit à la lecture (oui, ce dictionnaire peut se lire d’un bout à l’autre sans ennui, mais aussi dans le désordre comme un vrai dictionnaire), qu’une grande partie des mots sont liés à l’univers de la prostitution et de la drogue. Il révèle donc une certaine frange de la société des années 70-80.

2. « De sapement en sapement, Gros Jo était maintenant partant pour la relègue à la première plongée. Ça le mettait en demi-molle pour la mouillette. » Grâce à ce dictionnaire, vous comprendrez enfin le sens de cette phrase.

3. Rassurez-vous, je n’ai pas compris toutes les définitions du premier coup, mais c’est justement ce qui est amusant. Pour décrypter les exemples donnés par Albert Simonin, on parcourt son dictionnaire de page en page, pour décoder chacun des mots. Oui, il s’amuse à gonfler tous ses exemples de nombreux mots d’argots ; au lecteur de s’amuser…

4. Le greffier, le cador. Les animaux aussi ont leur heure de gloire dans le dictionnaire de l’argot. Même le crapaud a son entrée…

5. Même si quasiment plus personne ne parle argot, on s’aperçoit au fil des pages, que la langue française en garde des traces. De nombreux mots d’argot ont intégré les rangs de notre quotidien. On n’y fait plus forcément attention, mais le daron et la daronne viennent de l’argot, tout comme le boulot, ou les balais pour désigner les années. Vous découvrirez tout un tas d’autres mots entrés dans la langue commune…

6. Elle n’est pas belle la charmeuse ?

7. Sachez qu’elle porte un autre nom… Dans ce dictionnaire, vous découvrirez aussi les différents termes pour un même mot en français. Les synonymes sont nombreux. L’argot est une réelle langue avec toute sa multiplicité. C’est aussi cela qui fait son charme.

8. Au-delà des simples illustrations insérées entre les définitions, on découvre des pages entières de dessins de Paul Grimault. Comme ci-dessus avec la route de la schnouffe, ou encore ci-dessous avec toutes les parties du corps du gonze et de la gonzesse.

9. Rien que pour les très drôles illustrations de Paul Grimault et la préface de Jean Cocteau, vous préférerez cette édition des Productions de Paris, datant de 1977.

10. En revanche, on ne va pas vous mentir, le livre reste relativement difficile à trouver. Par hasard, vous aurez peut-être un peu chance sur les tables d’un bouquinistes, ou sur internet sur des sites de livres d’occasion et de vente de livres rares.

5 (très) bonnes raisons de lire « Voyage à Film City » de Melvil Poupaud

Étiquettes

, , , , , , , ,

voyage-a-film-cityVoyage à Film City de Melvil Poupaud, Pauvert, parution le 11 janvier 2017, 176 pages, 18€.

1 – Melvil Poupaud nous ouvre les coulisses d’un tournage. Il part en Chine pour le film The Lady in the Portrait de Charles de Meaux. Les péripéties s’enchaînent et offrent au lecteur l’intimité d’un acteur en terre inconnue.

2 – Voyage à Film City est une forme de journal de bord. Au-delà du fait de nous relater son tournage, ses difficultés liées à sa présence en Chine, aux prises de tête face à l’administration, Melvil Poupaud prend des photographies et les intègre à son journal. Il nous montre que ce livre est la retranscription quasi parfaite de son carnet lors de son voyage.

carnet3 – Ce livre ravira tous les amoureux de cinéma. On y découvre les coulisses du tournage, des astuces pour les acteurs, des anecdotes. Par exemple, alors que Melvil Poupaud a les mille peines du monde à apprendre son texte en mandarin, auquel il ne comprend pas un strict mot, il se souvient de ce conseil de Jean-Pierre Léaud : « Jean-Pierre, avec qui j’ai travaillé plusieurs fois depuis mon enfance, m’a toujours dit que le sens des mots n’avait que peu d’importance quand on jouait la comédie. » Grâce à lui, Melvil Poupaud décide de colorer son texte. Chaque couleur désigne une expression, un sentiment. Melvil Poupaud ne sait toujours pas ce qu’il dit, mais le ressenti est parfait, et c’est cela qui importe.

chinois4 – L’écriture de Melvil Poupaud est délicate. Le mélange du texte et des images nous fait tourner les pages, jusqu’à ne plus s’arrêter. Ce genre de textes est addictif. On aimerait en lire plus souvent, pour le plaisir des yeux.

melvil-poupaud5 – Melvil Poupaud est un véritable artiste. Pour ceux qui ne le connaîtraient que sous ses traits d’acteurs, il est également guitariste. On peut le voir régulièrement aux côtés de son frère Yarol Poupaud (guitariste de Johnny Hallyday, compagnon de Caroline de Maigret) lors des concerts de son groupe Black Minou. On a pu également l’apercevoir sur scène lors de la dernière tournée de Benjamin Biolay, « Palermo Hollywood ». Aujourd’hui, on le trouve sur les tables des librairies. Toujours un plaisir de découvrir les mille et une facettes d’un artiste.

Site des éditions Fayard

Liste visuelle des carnets 2016

Étiquettes

, , , , , , , , ,

35

Numéro 35 — du 27 décembre 2015 au 19 janvier 2016 — Laissez Lucie faire

36

Numéro 36 — du 19 janvier 2016 au 7 avril 2016 — Paul Smith

37

Numéro 37 — du 7 avril 2016 au 24 avril 2016 — Assouline

38

Numéro 38 — du 24 avril 2016 au 2 juin 2016 — Liberty

39

Numéro 39 — du 2 juin 2016 au 31 août 2016 — Happily ever paper Divido

40

Numéro 40 — du 31 août 2016 au 20 novembre 2016 — teNeus Paris

41

Numéro 41 — depuis le 20 novembre 2016 — Christian Dior

 

10 bonnes raisons de lire « Beigbeder l’incorrigible » d’Arnaud Le Guern 

Étiquettes

, , , , , ,

  1. Ce livre est la première biographie autorisée de Frédéric Beigbeder. Arnaud Le Guern sera et restera donc le premier biographe de l’écrivain.
  2. Cette biographie ne s’intéresse pas à l’enfance de Frédéric Beigbeder, mais à sa carrière. Si l’on veut en savoir plus sur l’enfant incorrigible, Arnaud Le Guern conseille au lecteur (et il a raison) de lire Un roman français. Ce livre est donc complémentaire de l’œuvre de l’écrivain.
  3. Frédéric Beigbeder est dépeint à la fois avec bienveillance et justesse.
  4. On entre dans les coulisses de la carrière de l’écrivain : de l’émission « Le Cercle » sur Canal Plus, à son passage en tant qu’éditeur chez Flammarion, dans les coulisses de la réalisation de ses films, sans oublier les chroniques du Figaro Magazine, Voici, Lire…
  5. Des dialogues entre Arnaud Le Guern et Frédéric Beigbeder abordent la littérature, le cinéma, la critique et les femmes. Les femmes en général, les femmes du magazine Lui, sans oublier les femmes de l’écrivain.
  6. Des petites phrases de Beigbeder sont distillées à chaque page du livre pour le plus grand plaisir du lecteur.
  7. L’originalité de la forme est manifeste. Des dialogues, des petites phrases, du récit, des passages de textes de Beigbeder, des listes. Un mélange bien construit qui bouscule les codes de la biographie classique.
  8. Le lecteur apprend forcément des détails de la vie de ce touche-à-tout. Même si l’on croit connaître l’écrivain, on s’aperçoit assez vite que l’on n’en connaît finalement qu’une partie. Celle qu’il accepte de dévoiler. Là se trouve tout son mystère.
  9. Il faut aussi lire cette biographie pour la plume d’Arnaud Le Guern, toujours délicate et élégante. Les biographies délaissent parfois le style. Celle-ci n’en manque pas.
  10. Ce livre ravira tous les amoureux de Frédéric Beigbeder. Noël approche, profitez-en !

Site des éditions Prisma

Blog d’Arnaud Le Guern

Liste des meilleurs livres sortis en librairie en 2016

Étiquettes

, , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

top-10-livres

  1. Le Marchand de premières phrases de Matéi Visniec (traduit du roumain par Laure Hinckel) — Editions Jacqueline Chambon
  2. La Nuit avec ma femme de Samuel Benchetrit — Plon
  3. Barbe rose de Mathieu Simonet — Seuil
  4. Journal d’un vampire en pyjama de Mathias Malzieu — Albin Michel
  5. Vous n’aurez pas ma haine de Antoine Leiris — Fayard
  6. Donc c’est non de Henri Michaux — Gallimard
  7. Une bouche sans personne de Gilles Marchand — Aux Forges de Vulcain
  8. Le Syndrome de la vitre étoilée de Sophie Adriansen — Fleuve Editions
  9. Histoire de la littérature récente de Olivier Cadiot — P.O.L
  10. Les Vies de papier de Rabih Alameddine — Les Escales

Liste subjective et non exhaustive.

Liste des films les plus interminables de l’année 2016

Étiquettes

, , , , , , ,

top-10-nanar

  1. La Taularde d’Audrey Estrougo : Il faudrait peut-être dire à Sophie Marceau qu’en faire des tonnes n’a jamais rendu quiconque bon acteur…
  2. Les Visiteurs – La Révolution de Jean-Marie Poiré : Un film qui ne tient que sur un gag : Jacquouille pue de la bouche.
  3. Éternité de Tran Anh Hung : Le film qui porte sans doute le mieux son nom de toute cette année 2016.
  4. Ils sont partout d’Yvan Attal : À trop vouloir se moquer des clichés, Yvan Attal a réalisé un film entièrement constitué de clichés.
  5. Alliés de Robert Zemeckis : La palme de la niaiserie.
  6. Arrêtez-moi là de Gilles Banier : La palme du scénario le plus absurde.
  7. Nahid de Ida Panahandeh : Le film où les incohérences fleurissent à tous les plans. N’est pas Asghar Farhadi qui veut.
  8. Louis-Ferdinand Céline de Emmanuel Bourdieu : Malheureusement l’excellent Denis Lavant tombe dans la parodie.
  9. Love & friendship de Whit Stillman : J’ai dormi la moitié du temps.
  10. Moka de Frédéric Mermoud : Le paradoxe de deux sublimes actrices malmenées par un scénario absurde et un réalisateur qui n’a visiblement pas l’air d’être un très bon directeur d’acteurs.

Liste subjective et non exhaustive.

Liste des meilleurs films vus au cinéma en 2016

top-10-films

  1. La Loi de la jungle d’Antonin Peretjatko
  2. L’Économie du couple de Joachim Lafosse
  3. Danish Girl de Tom Hooper
  4. Spotlight de Tom McCarthy
  5. Carol de Todd Haynes
  6. Le Client d’Asghar Farhadi
  7. No land’s song d’Ayat Najafi
  8. Mademoiselle de Park Chan-Wook
  9. Ma Loute de Bruno Dumont
  10. Divines d’Houda Benyamina
  11. Saint Amour de Gustave Kervern et Benoît Delépine

Le propre de la liste est le chaos organisé.

Aujourd’hui, le top 10 comprendra 11 films.

Liste subjective et non exhaustive.

« Le monde est mon langage » d’Alain Mabanckou

Étiquettes

, , , , , , , ,

alain-mabanckouLe monde est mon langage, d’Alain Mabanckou, 2016, Grasset, 314 pages, 19€.

Alain Mabanckou nous livre ses rencontres avec des écrivains des quatre coins du monde. De Jean-Marie Le Clézio à Douglas Kennedy, en passant par Dany Laferrière, Sony Labou Tansi, jusqu’à Edouard Glissant ou encore Gary Victor, Bessora ou Jocelyn le Bachelor, l’homme de la Sape de Château-Rouge. Alain Mabanckou révèle quelques rencontres avec des inconnus également. Dans tous les cas, elles sont intéressantes et révèlent quelque chose de l’usage de la langue à travers les pays. Quelle langue parle-t-on ? Quelle langue choisit-on d’apprendre ? De parler ? Quelle langue sera celle de l’écriture ? En quelle langue lit-on ? Quel lien entre toutes ces langues ?

Le monde est mon langage est un livre passionnant, qui nous parle du travail de l’écrivain, de sa vision de l’écriture et de la langue qu’il choisit pour écrire. La langue est vraiment le fil conducteur de ce livre chapitré en fonction des pays. On rencontre Douglas Kennedy à Marrakech ou Dany Lafferière à Montréal. Alain Mabanckou nous raconte que lorsque son père se mettait en colère il s’exprimait en français, ou que Douglas Kennedy refuse de parler anglais dans un pays francophone. Toutes ces anecdotes révèlent quelque chose de notre rapport à notre langue natale et à toutes ces langues que l’on apprend au fur et à mesure du temps. 

Alain Mabanckou fut au Collège de France cette année. Vous pouvez toujours revoir ses cours

Site officiel d’Alain Mabanckou