Expositions au Jeu de Paume : Florence Lazar & Luigi Ghirri

En ce moment et jusqu’au 2 juin 2019, vous pourrez voir deux belles expositions au Jeu de Paume de Paris, totalement différentes. Au rez-de-chaussée, Florence Lazar intègre l’espace entre photographies et reportages. Artiste engagée, elle parcourt le monde et crée sous le format du documentaire de nombreuses vidéos qui dénoncent la crise en Yougoslavie (Les Paysans), ou met en lumière le travail d’un collectif d’agriculteurs martiniquais qui défendent leurs terres contre des insecticides cancérigènes (125 hectares). Ce sont les deux vidéos qui m’ont le plus marquées par leur force venant des hommes et femmes évoquant les crises qui les rongent et les combats qu’ils mènent au quotidien. Si vous souhaitez voir toutes les vidéos présentées dans leur intégralité, il vous faudra autour de 3 heures devant vous… Enfin, en parallèle des vidéos, Florence Lazar expose l’un de ses derniers projets au contact d’élèves du collège Aimé-Césaire de Paris. Elle a demandé à plusieurs élèves (dont on ne voit jamais les visages en entier) de poser devant son objectif avec un objet lié aux colonies français et au mouvement anti-colonial d’après-guerre. Dans les archives, ils sont allés retrouver d’anciens journaux, des affiches du Musée de l’homme, des livres d’Aimé Césaire, mais aussi un certain nombre de livres de l’éditeur Présence africaine. Si le sujet vous passionne, vous pourrez repartir avec l’un des 10 000 exemplaires d’un journal imprimé pour l’occasion et regroupant toutes les photographies de ce projet.

img_6760
Photographie de Florence Lazar avec le collège Aimé Césaire
img_6763
« Tu crois que la Terre est chose morte… » – Journal tiré à 10 000 exemplaires pour l’exposition au Jeu de Paume

***

Le premier étage, quant à lui, est consacré au photographe Luigi Ghirri. Il commence la photographie dans les années 70, à une période où la photo couleur est mal vue dans les milieux artistiques. Et pourtant, que de photos sublimes sont exposées dans cette rétrospective. Simple, toujours cadré avec subtilité, avec des couleurs chaudes et douces, Luigi Ghirri traverse les pays et livre une photographie qui apaise. Amsterdam, Paris, ou encore Modène, il nous emmène un peu partout. Il expérimente aussi. Géomètre de métier, il photographie les pages d’un Atlas, série qu’il nomme Atlante, où il met en lumière les signes et les mots des cartes. Une exposition tout en couleurs, où vous vous surprendrez à passer de longues minutes face à la simplicité d’une photographie. Sublime.

img_6764
Marina di Ravenna, 1972 / Brest, 1972 / Pescara, 1972

Site du Jeu de Paume

Site de Florence Lazar

Poster une note dans le carnet

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s