Étiquettes

, , , , , , , , , , , ,

Jon Monnard nous fait le plaisir de répondre au Bazar de questions. Ce jeune écrivain suisse vient de publier son premier roman Et à la fois je savais que je n’étais pas magnifique aux Editions L’âge d’homme. Un premier roman très prometteur et remarqué par la critique depuis sa sortie en librairie. Jon Monnard dévoile dans le Bazar de questions (ci-dessous) que ce roman a pour origine un concours littéraire pour la marque Prada. Avec beaucoup de subtilité, de finesse, de délicatesse, Jon Monnard nous entraîne dans l’univers de Coska, un personnage qui découvre le monde de la mode et de la haute couture tout en nous faisant également partager son entrée dans le milieu littéraire. Mode et littérature se mêlent jusqu’à former des parallèles et métaphores entre la couture et l’écriture, pour notre plus grand plaisir de lecteur, qui n’avions pas lu un premier roman aussi enthousiasmant depuis longtemps. D’ailleurs, l’écrivain Philippe Besson l’avait bien senti. Il offre à ce roman une très belle préface qui promet à Jon Monnard un bel avenir littéraire. On attend avec impatience le prochain…

jon

Ton livre de chevet ?

Gatsby le magnifique.

Ta musique du moment ? 

Du rap français, comme souvent. « Mauvaise graine » de Nekfeu et aussi « La Terre je la dévore » de Georgio, deux sons récemment découverts et constamment dans mes oreilles. J’aime bien aussi la BO de Swiss Army Man.

L’objet que tu aimes offrir ? 

Classique: un livre, avec un mot griffonné sur une page arrachée d’un Moleskine.

Le classique qui te tombe des mains ? 

Le Rouge et le Noir.  Peut-être parce que c’était une lecture qui m’était obligée.

Un objet fétiche ? 

Une édition originale des Poèmes saturniens dédicacée à Arthur Rimbaud, de Paul Verlaine. Je rigole! Ça peut sembler terrible, mais une boule de neige avec le Titanic à 75°, en train de sombrer.

Pourquoi écrire ? 

Par nécessité.

Ecrire en musique ? 

Oui, plutôt avec des écouteurs.

Un photographe ? 

Il y en a tant… Mais je choisirai tout de même le kitsch de David Lachapelle.

Ton film culte ? 

Rushmore de Wes Anderson.

Un lieu parisien insolite ? 

Harry’s New York bar. Il est resté quasi intact et est chargé d’histoire. Hemingway, Marcel Cerdan et Fitzgerald allaient se descendre quelques cocktails par là-bas !

Un musicien ? 

Peter Doherty

Un moment inoubliable ? 

J’en ai une quantité… Entre un voyage à Rimini avec des potes, ma rencontre avec Philippe Besson et chaque ami de Paris, puis une course à pieds (ivre) à travers Pigalle pour arriver à l’heure à un théâtre de Montmartre qui jouait une adaptation de Mythologies de Barthes et aussi la fois où l’on m’a demandé d’être parrain….

Un artiste hors du commun ? 

Jean Michel Basquiat. Sans hésiter.

D’où est venue cette idée de Et à la fois je savais que je n’étais pas magnifique 

D’un concours littéraire pour la marque Prada

Pourquoi lire ? 

Pour respirer.

Un cinéaste ? 

Wes Anderson

Un artiste à voir en concert ? 

J’avais bien aimé le show de MGMT. L’été passé je suis aussi allé voir PNL ; c’était vraiment bon !

Un lieu fabuleux ? 

Big Sur en Californie

Un écrivain ?

Francis Scott Fitzgerald, toujours.

Ton actualité ?  

Radios, interviews et vidéos (surprise !). Et un deuxième bouquin en cours !

Site des Editions L’âge d’homme

 

Publicités