« L’art presque perdu de ne rien faire » de Dany Laferrière

Dany Laferrière

Chronique parue dans la Revue Littéraire des Editions Léo Scheer numéro 55 :

Dany Laferrière, L’Art presque perdu de ne rien faire, Grasset, septembre 2014, 432 pages, 20,90 €

Je suis toujours impressionné par les gens qui ne lisent pas. Comme s’ils détenaient un savoir que je cherche encore dans les livres.

La sincérité et la beauté de la plume de Dany Laferrière font de lui l’un des écrivains contemporains les plus importants et les plus respectés. L’année dernière, le succès de son Journal d’un écrivain en pyjama avait précédé son élection à l’Académie française. L’écrivain est désormais immortel.

Le style, d’une élégance et d’un raffinement absolus, absorbe sans encombre et avec simplicité le lecteur dans les pensées de l’écrivain. L’Art presque perdu de ne rien faire n’est pas une première publica- tion. Il est d’abord paru en 2011, aux Éditions du Boréal, une maison canadienne, basée à Montréal. Grasset, l’éditeur français de Dany Laferrière, le publie cette année, en France, pour la rentrée littéraire, et pour le plus grand bonheur des lecteurs.

Dany Laferrière y évoque de nombreux sujets : la vieillesse, la vie, le temps, l’amour, les rêves, les peurs, le voyage, la culture, l’art, la littérature, la modernité, la lecture, l’écriture, le pouvoir, l’éducation, l’enfance, la religion, et même l’ennui, qui lui fait écrire cette phrase superbe :

L’ennui peut pousser à tout. Ce matin-là, il m’a poussé vers l’impensable : ouvrir une Bible.

Chaque élément est abordé dans un chapitre, élégamment précédé d’un poème sur l’art du sujet traité. On peut lire l’art de manger une mangue, l’art de regarder ailleurs, de voyager, de danser sa vie, ou encore l’art de capter l’instant, ou d’être ivre avec élégance. Il évoque les écrivains qu’il affectionne particulièrement comme J.D. Salinger, Rainer Maria Rilke, Ernest Hemingway, ou encore Boulgakov et Borges. Pour lui, « [l]ire n’est pas nécessaire pour le corps, seul l’oxygène l’est, mais un bon livre oxygène l’esprit ».

Chaque mot, dans ce livre, a sa place. Chacun est choisi avec précision, pour que l’harmonie soit parfaite.
L’ Art presque perdu de ne rien faire amène le lecteur à réfléchir avec Dany Laferrière. Son approche philosophique de la vie enchante, par sa justesse et sa simplicité. L’humour et la sincérité de l’écrivain captivent et fascinent. Chaque petite chose de la vie devient un sujet à traiter. Tous nous concernent. La beauté de ce texte ravira les amoureux des mots. Laissons les derniers mots à l’écrivain. Des mots qui évoquent la guerre, et malheureusement son éternelle actualité. Cette réflexion mérite une attention particulière par son caractère universel. Dany Laferrière n’est pas devenu immortel par hasard :

Ce qu’on ne voit pas n’existe pas. Et quand il nous arrive d’éteindre la télé pour aller manger un morceau, voir une comédie au cinéma, ou simplement pour faire l’amour (je ne parle pas de ceux qui continuent de s’informer sans arrêter de faire l’amour), on a l’impression que la guerre s’arrête quand on se lève du fauteuil pour ne reprendre que quand on rallumera de nouveau la télé. Il faut quelquefois fermer cette télé si on veut réfléchir un peu. Tenter au moins de voir les choses sous un angle différent.

Publicités

Poster une note dans le carnet

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s